À peine mise en vigueur, la nouvelle version du PTZ+ est déjà très critiquée par les professionnels. Ils la jugent inefficace, insuffisante ou trop restrictive ; qu’en est-il exactement ?

Trois points au cœur des critiques

Si la FPI ou Fédération des promoteurs immobiliers se félicite de la mise en vigueur du nouveau dispositif PTZ+ 2013, elle semble assez sceptique quant à la capacité de ce dernier de concrétiser le double objectif que s’est fixé le gouvernement, à savoir renforcer l’accession sociale à la propriété et soutenir l’effort de construction de logements neufs. D’une part, la prorogation d’amortissement pour les ménages les plus modestes est jugée trop restrictive et hésitante. D’autre part, en revoyant à la baisse le plafond de ressources des bénéficiaires, une baisse allant de 17 à 30 %, le nouveau PTZ+ exclut de nombreux ménages modestes pourtant solvables.

Le nouveau PTZ+ 2013

Entré en vigueur début janvier 2013, le nouveau prêt à taux zéro plus est un crédit sans intérêt dédié aux primo-accedants. Réservée exclusivement aux logements neufs, la version 2013 du PTZ+ s’adresse aux ménages de classe moyenne sauf pour les ménages qui procèdent à l’acquisition du logement social qu’ils occupent. L’emprunt servira de financement d’une acquisition ou d’une construction d’habitations neuves ou encore inoccupées, à l’exception des rénovations lourdes pour une remise à neuf d’un logement ancien. Quant à la durée de remboursement, elle varie de 12 à 25 ans, en fonction des revenus de l’emprunteur.

Des conditions rigoureuses

Les logements concernés par le PTZ+ 2013 devront répondre aux conditions strictes de performance énergétique, notamment à la RT 2012 ou réglementation thermique 2012 ou le label BBC 2005 concernant les logements disposant d’un dépôt de permis de construire avant 2013. Concernant l’emprunteur, il devra justifier d’une ressource inférieure ou égale au plafond en fonction de la localisation du logement à acquérir. Pour une personne seule, le plafond varie entre 36 000 € en zone A et 18 500 € en zone C contre 61 200 € et 31 450 € pour un couple avec enfants.

Evaluer le montant de son prêt à taux zéro :

Suite à la reforme du PTZ, les conditions d’octroi et les montants du fameux prêt aidé ont changé. En effet, certains ménages auparavant éligibles au PTZ ne le sont plus en 2013. Par ailleurs, les conditions de remboursement ont favorablement évolué pour les foyers les plus modestes. Pour connaitre le montant du PTZ auquel les primo-accédants ont droit, différentes calculettes sont à disposition des internautes.