L’infestation d’un bien immobilier par les termites peut être à l’origine de dégâts conséquents. Pour vous prémunir contre ce fléau et proposer des appartements aux normes à vos locataires ou vos futurs acquéreurs, pensez à effectuer un diagnostic termites.

En quoi consiste le diagnostic termites ?

Il s’agit d’une expertise qui vise à détecter l’éventuelle infestation d’une construction destinée à la location ou à la vente par des termites. Seul un technicien certifié et ayant reçu l’approbation des autorités compétentes peut le réaliser.

Afin d’affirmer ou d’infirmer la présence de termites dans un logement donné, il effectue préalablement une enquête auprès du voisinage.

Ensuite, il explore l’extérieur de la propriété, à savoir les charpentes en bois extérieures, les zones humides et les plantations du jardin. Puis, il entame l’inspection des différentes sections du bâti, en commençant par le sous-sol jusqu’aux combles. Les structures en bois du logement sont particulièrement examinées.

Quels sont les types de biens immobiliers concernés ?

Les constructions immobilières situées dans des sections à risque, ou à risque potentiel sont concernées par ce diagnostic immobilier. Ces sections sont délimitées par des textes de loi publiés par la préfecture ou la municipalité.

L’expertise peut aussi bien se pratiquer sur des bâtiments anciens que sur des infrastructures immobilières neuves. Ainsi, les locaux destinés à un usage professionnel ou commercial, les appartements, les maisons entières, les garages et locaux de stockage peuvent faire l’objet de ce diagnostic.

De même, pour éviter toute contamination des bâtis environnants, les terrains vagues situés dans des régions à risque doivent aussi êtres inspectés.

Qui doit veiller à la réalisation de cette expertise ?

Le propriétaire d’un logement ou d’un terrain non bâti destiné à la vente ou à la location doit se charger de contacter un spécialiste du diagnostic termites.

Il doit veiller à la réalisation de cet audit si sa propriété est localisée dans un secteur à risque. Néanmoins, dans le cas d’une copropriété, le syndicat de copropriété peut aussi se charger de contacter un diagnostiqueur immobilier à la place du propriétaire des lieux.

Les commentaires sont fermés.